Featured Posts

Amoureux de la sculpture / Sculpture lovers...

January 28, 2014

1/3
Please reload

FÉMINITÉ ET SCULPTURE EN PRIMEUR

April 3, 2015

Je suis heureuse de partager l'article ci-contre rédigé par Claudine Mainville de la publication Vitalité-Régionale... elle y révèle les secrets de mon processus créatif...bonne lecture!

 

Les Muses de Christine Gagné

 

Claudine Mainville       –      redaction@vitalite-regionale.com

 

 

 

La féminité est l’essence créatrice de l’art de Christine Gagné, la sculpteure des « Muses » exprime son émotion en la modelant dans tous les éléments de la femme sans se limiter au physique, mais en lui insufflant dans son mouvement l’énergie apaisante de l’équilibre.

« Je n’ai pas de plan quand je prends une masse d’argile dans mes mains, je laisse l’émotion guider la forme et le mouvement pour me materner, m’apaiser, rétablir l’équilibre de mon âme, de mon esprit », explique la sculpteure. 

L’expression ne traduit pas le sentiment présent de l’artiste au départ du processus de création, mais plutôt la démarche qui apaise l’émotion. « Si je suis dans un état de tristesse, je ne ferai pas, par exemple, un personnage triste, au contraire le processus va me forcer à puiser des énergies, un élan vers la sérénité, la bienveillance, le mouvement libérateur… », précise Christine Gagné.

 Sculpture »Danza del Fuego » – Photo Gracieuseté

 

Sa collection, Le Bal des Muses, illustre à quel point ses impulsions libres de toutes contraintes peuvent créer des personnages signifiants de beauté et de féminité. « Cette nécessité de materner mon âme, mon esprit, d’équilibrer les émotions, m’amène à créer une femme, par tout ce qui est propre à la féminité, ce sont mes muses », conclut l’artiste.

Après les bronzes entre autres: les danseuses de flamenco Andalusia, Danza del fuego, la mère qui montre une libellule à son enfant dans La promesse, Solstice dans Les mythiques, Pour Casanova, Mardi gras dans la série Les Vénitiennes, l’exploration de personnages historiques, l’artiste aborde la féminité asiatique. Deux premières sculptures d’argile sont déjà réalisées, « j’explore le monde des geishas, les femmes japonaises dans leur culture, leur histoire, la séduction, leur bonheur et leurs souffrances… ». Cette fois la sculpteure a mis de côté le bronze pour revenir à l’argile, « le matériau est différent, plus brut et spontané ». 

L’artiste née en 1966 a vu sa mère et les femmes de son milieu stimulées par le mouvement féministe de l’époque. « Lorsque j’étais jeune, je regardais cette révolution de la société, dans la recherche de l’identité et de l’évolution des femmes, ce mouvement m’a constitué en tant que femme et m’influence dans mes sujets, mes recherches et ma démarche artistique. Mes Muses ont aussi besoin de cette liberté et de cette réalisation », explique-t-elle.

Christine Gagné a d’abord fait carrière dans la mode, après avoir été fascinée par les tissus, les dentelles et les rubans de son enfance. Elle a travaillé en Californie durant près de dix ans au cours desquelles, elle a découvert l’art de la sculpture. Elle a beaucoup voyagé, « j’ai nourri ma vision artistique de ces histoires et de ces couleurs que la culture étrangère transmet, tout en perfectionnant mes techniques auprès de maîtres sculpteurs ».

Dans l’histoire du monde, comme maintenant dans l’actualité, elle porte son attention sur la place des femmes et sur les ressacs des sociétés. « Il y a eu des sociétés matriarcales, des femmes qui ont été Pharaon en Égypte, des droits ont été perdus, retrouvés en partie, mais encore, je n’ai pas à me trouver chanceuse de pouvoir m’exprimer et me réaliser, ça devrait être normal et acquis pour toutes les femmes », dénonce-t-elle.

 Sculpture « In Extremis » – Photo Gracieuseté

 

Printemps de la sculpture

Christine Gagné, dont l’atelier est à Mirabel, offrira encore cette année au moins deux expositions majeures, dont Scvlptvre en octobre prochain. Les sculptures de bronze de Christine Gagné ont remporté beaucoup de succès l’an dernier, lors des expositions dont « Scvlptvre » au Palais des congrès de Montréal, où une centaine de sculpteurs étaient présents, et au Printemps de la sculpture à Lachute. « J’ai beaucoup vendu l’an dernier, et j’ai remporté le prix Coup de cœur du public à Lachute parmi une trentaine d’exposants, j’ai vraiment été choyée »,  confie l’artiste, qui est retournée à son atelier avec fierté, mais aussi avec humilité.

Le 2e Printemps de la sculpture à Lachute, prévu du 17 au 19 avril, à la Polyvalente Lavigne, a choisi de présenter sa sculpture La Promesse sur son affiche. Elle y participera avec une trentaine de sculpteurs qui présenteront près de 300 œuvres.

Please reload

Recent Posts
Please reload

Suivez / Follow
  • Facebook Classic
  • Twitter Classic
  • Google Classic

bronze sculpture canadian born bronze sculpture artist. Artiste sculpteure de bronze canadienne Christine Gagné

Please reload